RDC : Les sénateurs américains devraient éviter toute ingérence dans les affaires intérieures du Congo

Les sénateurs congolais ont émis des réserves sur la lettre de leurs collègues américains de la commission des relations extérieures du Sénat. Leur réponse a été de les inviter à éviter de s’ingérer dans les affaires intérieures de la République démocratique du Congo.

En réponse, la commission des relations extérieures du Sénat de la République démocratique du Congo, sur la base du strict respect des conventions diplomatiques, a appelé ses collègues américains à établir des partenariats francs et constructifs.

Autant nous nous interdisons d’interférer dans les affaires intérieures d’autres pays, en particulier les États-Unis, autant nous sommes en droit d’attendre de ces pays un comportement réciproque », indique la Commission des Relations extérieures du Sénat de la RDC.

Celle-ci dit tout de même apprécier ces « recommandations visant à renforcer la coopération institutionnelle entre les deux États, notamment en matière d’amélioration de la gouvernance, de la garantie de la sécurité et de la lutte contre la corruption, tout en rappelant que le Sénat congolais travaille assidûment à travers une législation forte et un contrôle parlementaire rigoureux et permanent pour l’amélioration des conditions de vie du peuple congolais ».

La Commission des Relations extérieures du Sénat de la RD Congo estime par ailleurs que «si le Sénat américain est vraiment intéressé à apporter une once de valeur ajoutée au travail déjà en cours pour l’émergence de la RD Congo, les observations thématiques soulevées dans la lettre de leurs collègues auraient gagné une subjectivité si elle était fondée sur une approche holistique du contexte politique et du système de gouvernance de la RD Congo ».

Elle s’inquiète aussi de l’inattention des États partenaires de la République démocratique du Congo sur les questions sécuritaires, notamment aux frontières avec certains pays où s’observe une recrudescence de l’insécurité, malgré les multiples dénonciations du pays.

Dans cette correspondance, ces Sénateurs congolais membres de la Commission des relations extérieures du Sénat ont dit à leurs homologues américains que le Président Félix Tshisekedi poursuit l’œuvre de son prédécesseur Joseph Kabila qui a facilité pour la première fois depuis l’indépendance l’alternance pacifique au sommet de l’Etat en 2019.

Pour ces élus congolais, les réformes institutionnelles ne peuvent être menées qu’avec la participation de tous, notamment dans les affaires électorales.

27 Views
Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *