L’Angola veut rejoindre l’ITIE pour accroître la transparence dans les industries extractives

L’Angola souhaite rejoindre l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives (ITIE), une organisation internationale dont la mission est de développer des normes pour assurer la transparence dans l’utilisation des revenus de l’industrie extractive. L’un des médias de corruption les plus importants au monde. 54 pays dans le monde (dont 25 pays d’Afrique) ont participé à ce processus. Ce processus a fait ses preuves, mais il a également montré certaines limites.

Au siège de l’ITIE à Oslo, en Norvège, les exigences de l’Angola sont surprenantes. Pendant longtemps, le deuxième pays producteur de pétrole d’Afrique a été considéré comme un mauvais élève, conservant la plus grande opacité dans l’utilisation du pétrole. Mais en 2018, le régime suivant le régime d’Eduardo Dos Santos a déclaré sa volonté de changement.

Nous avons jugé au siège de l’organisation que le processus d’adhésion à ITIE serait un test intéressant. Car pour l’admettre, Luanda doit prouver qu’il y a suffisamment de société civile indépendante pour participer aux travaux d’ITIE. Ce processus est en effet un collectif entre un pays, ses industries extractives et sa société civile. Ceci est basé sur la bonne volonté. Cette gentillesse est l’une des limites du manque de mécanismes de retenue d’ITIE. De plus, l’organisation est très intéressée par les contrats signés entre l’Etat et les industriels, mais n’a pas encore résolu le processus d’appel d’offres et d’octroi des licences d’exploitation.C’est une zone très opaque et de nombreuses dérives ont été observées dans de nombreux endroits.

Cela permet également à Itie de devenir l’un des projets majeurs en 2021. L’organisation espère également renforcer rapidement son mécanisme de sanctions. Car actuellement, c’est inoffensif. La suspension ou l’exclusion d’un pays du mécanisme Itti n’a aucun effet sur les activités extractives de son pays.

AFRICA-PLUS

33 Views
Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *