A Perpignan et Brazza, le dernier hommage à l’ancien président congolais Pascal Lissouba

Les obsèques de l’ancien chef de l’Etat ont eu lieu à Perpignan dans le sud de la France. Selon la volonté de sa famille, il y a été enterré «temporairement» jusqu’à ce que les «conditions» de retour dans son pays la ses partisans avaient organisee un hommage. Pascal Lissouba a vécu en exil pendant 23 ans car il a dû quitter le pouvoir pour soutenir Denis Sassou Nguesso après une guerre meurtrière.

La cérémonie a duré plus de trois heures et s’est déroulée dans le calme en présence du gouvernement municipal et de la police nationale.

Avant l’arrivée du cercueil, salués par des applaudissements et quelques poings levés, des partisans de l’ancien président ont chanté des chansons en son nom en criant «Au Congo, ça ne va pas».

Selon les mots de son plus jeune fils, Jeremy Lissouba, lors de réunions de masse, ses proches l’ont dépeint comme un intellectuel voué à «la démocratie et la libération du peuple». Sa fille aînée, Mireille Lissouba (Mireille Lissouba) a estimé qu’une personne «souffrirait de l’exil» et serait «incomprise» et «privée du rêve de développement». Elle a pris la parole la première et a prononcé un discours: “Un jour, un jour, il rentrera chez lui”, qui a été applaudi.

Parmi les personnalités politiques présentes : Pascal Tsaty Mabiala, actuel Premier secrétaire de UPADS, le parti fondé par Pascal Lissouba, mais surtout plusieurs de ses anciens collaborateurs, eux aussi en exil, comme son ancien ministre du Pétrole, Benoit Koukebene, celui de la Justice, Joseph Ouabari Mariotti et des partisans de la diaspora.

AFRICA-PLUS

62 Views
Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *