THE FAM

CRITIQUE

Les adolescents de passage dans cette maison de transition suisse ont subi divers traumatismes et pertes, mais leur ébullition et leur vitalité irrépressible alors qu’ils partagent des secrets et s’opposent joyeusement les uns les autres sont ce qui saute d’abord à l’écran. Au fur et à mesure que The Fam (La Mif) progresse, sa structure narrative cyclique apporte de nouvelles profondeurs à leurs débuts de couloir et aux confessions de vestiaires. Alors que le film ne s’attarde jamais sur les abus dans leurs histoires – celles-ci ne surviennent que dans des discussions à huis clos entre travailleurs sociaux -, la route cahoteuse à venir apparaît dans les moindres obsessions et habitudes.

Le réalisateur Fred Baillif s’est bâti une réputation en travaillant avec des acteurs non professionnels et s’appuie sur son expérience dans les maisons de jeunes pour éclairer le récit axé sur le personnage du scénario. Ses jeunes interprètes ont été impliqués dans la création de leurs personnages dès le début, et ils font des rébellions de chaque jeune enracinées dans la vérité. Ce n’est pas un film sur le processus profond du traumatisme autant qu’il s’agit d’avancer dans la vie; il y a des éléments de chacun dans les deux, mais une focalisation externalisée sur le comportement évite les écueils d’exploitation dans lesquels une histoire de survivants mineurs pourrait tomber.

L’effervescence des adolescents trouve un miroir et un clinquant chez la réalisatrice à domicile Lora. La performance de Claudia Grob met en évidence son plaidoyer tenace et incessant pour l’adolescent même le plus gênant et les événements problématiques, ainsi que son rapport facile avec ses accusations. Dans un mouvement fort, elle est la seule à avoir le temps d’exprimer ses tragédies passées avec ses propres mots – tragédies et erreurs qui éclairent ses motivations. Ces mots sont exprimés honnêtement et clairement à ses accusations, ce qui rend la confiance dans les deux sens palpable.

La Fam évite l’exploitation et la sentimentalité en laissant ses jeunes personnages exister dans leur présent plutôt que dans leur passé. En célébrant la possibilité inexploitée des adolescents parallèlement à une exploration plus mesurée des préoccupations des aidants, l’humanité et l’espoir ne sont pas perdus au milieu des luttes systémiques.

ÉVALUATION: 4/5


INFORMATIONS

ACTEURS: Claudia Grob, Anaïs Uldry, Kassia Da Costa, Joyce Esther Ndayisenga, Charlie Areddy, Amélie Tonsi, Amandine Golay, Sara Tulu, Nadim Ahmed, Isabel De Abreu Cannavo

RÉGISSEUR: Fred Baillif

ÉCRIVAIN: Fred Baillif

SYNOPSIS: Dans une maison de transition pour jeunes, la réalisatrice Lora se bat pour ses accusations et leur nouvelle vie.

51 Views
Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *