HYGIÈNE SOCIALE

CRITIQUE

Denis Côté a relevé le défi du cinéma pandémique avec un regard socialement distancié sur le son, la fureur et le néant des mots. L’hygiène sociale se déroule en cinq scènes, toutes centrées autour de l’écrivain Antonin et de cinq femmes de sa vie, toutes placées en plein champ. Chaque scène voit Antonin abordé par une femme à la fois, et l’homme qui utilise les mots pour vivre n’a pas de moyen de s’engager de manière significative avec les grandes questions de sa vie – ou d’y échapper complètement.

Les limites physiques du drame Pinteresque peuvent ne pas sembler être un tarif cinématographique convaincant, et son rythme s’installe dans une prévisibilité agréable, mais Hygiène sociale laisse sa distribution semi-stoïque, presque entièrement stationnaire, vendre les bizarreries quotidiennes à travers des changements de tonalité et des doubles significations linguistiques. La juxtaposition d’un accouchement étrange et guindé et de questions profondément personnelles – de la sœur, de l’épouse, de la femme qui s’est échappée, du procureur fiscal et des dommages collatéraux d’une relation antérieure – transmet souvent plus que les mots eux-mêmes. Cela ne veut pas dire que l’émotion fait défaut – son exagération ajoute à la tragi-comédie des malentendus.

La physicalité des performances n’est pas négligée. Antonin porte le même jean noir et le même cardigan, mais ses femmes sont habillées de manière contrastée – parfois dans une robe d’époque, parfois dans des vêtements d’entreprise agressivement modernes. Une femme déclare un match de boxe «sexy», mais l’effet de deux hommes désherbés dansant sans grâce l’un autour de l’autre apparaît comme un comique. Les deux moments illustrent davantage le gouffre qu’Antonin essaie – et échoue – de traverser avec des mots qui se protègent trop de lui-même, rendant clair le schéma répété de ses frustrations.

Même sans les nécessités du tournage de la pandémie, la structure unique de l ’ hygiène sociale met en évidence la mesquinerie et la profondeur de l’ humanité lorsque les mots ne suffiront tout simplement pas. C’est un regard mordant et joyeux sur des relations multiformes vouées à l’échec, à la répétition et à l’espoir.  

ÉVALUATION: 4/5


INFORMATIONS

ACTEURS: Maxim Gaudette, Larissa Corriveau, Eleonore Loiselle, Eve Duranceau, Kathleen Fortin, Evelyne Rompré

RÉGISSEUR: Denis Côté

ÉCRIVAIN: Denis Côté

SYNOPSIS: Antonin utilise ses mots pour s’engager et échapper à la vie, mais il ne peut pas répondre aux femmes de sa vie.

39 Views
Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *